Les obligations du charpentier

obligations charpentier

Personne n’ignore que la charpenterie est le métier le plus ancien dans le bâtiment. Bien entendu, les techniques et les outils ont largement évolué depuis que les charpentiers ont bâti les premières cabanes en bois, avec tout simplement une hache de pierre reliée à une manche de bois ou de corne grâce à des lanières de cuir. Avec ces évolutions, les obligations du charpentier ont également changé afin de répondre aux attentes de la clientèle d’aujourd’hui. Au fait, quelles sont ces obligations ?

Les obligations du charpentier

En tant que prestataire dans un chantier, sa sécurité ainsi que celle des autres constituent la première des obligations du charpentier. Ainsi, il doit utiliser des échafaudages pour effectuer la pose, le montage et la fixation de la charpente sur la structure du bâtiment dont il a la charge. Il peut choisir entre :

  • Les plateformes individuelles roulantes légères (PIRL) qui peuvent atteindre jusqu’à 2,5 mètres de hauteur
  • Les plateformes individuelles roulantes (PIR) jusqu’à 4 mètres de hauteur
  • Les PEMP qui représentent l’idéal pour les fréquents déplacements ou les travaux de courte durée et qui permettent de bénéficier d’excellentes conditions de travail.
  • Les consoles dotées de garde-corps qui conviennent parfaitement pour le chevronnage.

Par ailleurs, si vous devez pulvériser des produits de traitement des bois dans les combles des maisons où vous travaillez, vous avez l’obligation d’aspirer les vapeurs asphyxiantes par diverses méthodes. Il s’agit notamment de l’aspiration renforcée par un soufflage ou d’une aspiration simple.

D’autre part, afin de réduire les efforts physiques de vos compagnons, vous devez veiller à mécaniser la manutention des divers éléments de charpente. Et ce, dès la livraison jusqu’à la mise en place finale dans le bâtiment. D’ailleurs, c’est l’article R.4541-3 du Code du travail qui oblige le charpentier à mécaniser la manutention.

L’utilisation de grues à tour ou mobile est ainsi recommandée dans les diverses phases des travaux dans les chantiers neufs d’envergure. Mais s’il s’agit d’une maison individuelle, il est conseillé de se servir d’une petite grue mobile ou à défaut, de la grue auxiliaire du camion de livraison. Mais il faut toujours vérifier au préalable les capacités de levage et la portée de l’engin ainsi que la hauteur du bâtiment où vous travaillez.

Toujours bien choisir son charpentier

Il est important de bien choisir son charpentier afin de bénéficier d’une qualité de prestation et éviter le non-respect des délais. Voici donc quelques conseils afin d’éviter de tomber sur un charpentier non fiable. Ainsi, avant d’en engager un, vous devez vous renseigner sur les formations qu’il a suivies, ses compétences, ses différentes réalisations, soit sur Internet, soit auprès de votre mairie soit auprès d’autres charpentiers de votre ville ou de votre région.

Ensuite, il doit vous établir un devis clair et précis qui décrit les travaux à réaliser, le délai et la somme que vous devez payer ainsi que les échéances s’il y a échelonnement du règlement. Il vous suffit ensuite de faire le tri entre les devis que vous avez reçu de plusieurs prestataires et prendre votre décision en tenant compte du rapport qualité/prix et de la bonne réputation du charpentier.

Il ne faut pas hésiter à vous rendre sur le site pour y découvrir un artisan qualifié en mesure de répondre à vos attentes et qui vous prodiguera de précieux conseils. D’ailleurs, il connaît parfaitement les obligations du charpentier et peut s’y conformer.

Pour en savoir plus :

Articles en relation